Muse and Marlowe, une mode féminine et éco-conçue…

Derrière Muse and Marlowe il y a deux femmes, mais aussi deux battantes pour une meilleure façon de consommer la mode (et le reste)… Elles me parlent de leur démarche et de leur vision.

Pouvez-vous vous présenter brièvement, votre parcours pro avant d’en arriver à ce projet fantastique ?

Aline : J’ai 39 ans, je vis en Bretagne avec mon mari australien et ma fille de 3 ans, Ellie Muse. Après des études de stylisme et quelques années à exercer dans ce secteur, j’ai travaillé dans la communication, d’abord dans une agence de publicité puis en tant que responsable communication Retail marché France pour un groupe de cosmétique végétale. Et je me suis sentie étouffée par le système, je ne me sentais plus vraiment à ma place, ma vie pro ne faisait pas écho à mes valeurs et j’ai eu envie de tout plaquer pour vivre en autosuffisance (ça ne veut pas dire ne plus rien faire, au contraire!). J’ai finalement pris une autre voie, pour le moment, après avoir échangé avec Lucie sur nos envies qui convergeaient.

Lucie : J’ai 32 ans, je suis originaire du Finistère où je suis venue installer l’atelier de Muse & Marlowe l’année dernière, après plusieurs années à Rennes lors desquelles j’ai rencontré Aline. Nous avons travaillé dans la même société où j’ai évolué pendant 8 belles années dans le secteur de la communication et du marketing. L’arrivée de mon fils Hugo en 2016, la volonté de retourner m’installer dans le Finistère avec mon conjoint, et l’envie profonde de donner du sens à ma vie professionnelle ont motivé ce retour aux sources, et franchement on a la belle vie : simple et frugale.

Muse and Marlowe est une marque eco-friendly qui utilise des matières organiques et qui est produite localement… Peux-tu nous en dire plus sur ce projet et quel a été le déclic pour vous lancer. 

Aline : Très clairement la naissance de nos enfants a été le principal déclic. Nous avons toutes les deux depuis longtemps des modes de vie que nous pourrions qualifier de responsables, pas forcément exemplaires ni vraiment calculés d’ailleurs, mais pas dans l’excès en tous cas. Quand Hugo est arrivé en janvier 2016, Lucie a commencer à regarder toutes les étiquettes, les ingrédients, les provenances, les matières… et à être un peu angoissée par la réalité. 

De mon côté, à l’arrivée d’Ellie en août 2016, j’ai eu envie de repartir de zéro aux côtés de cette petite merveille dont la vie commençait tout juste. En fait, une renaissance peut arriver à n’importe quel âge, il suffit d’en avoir le déclic ou la volonté. On vit un peu dans l’angoisse de dévier du droit chemin je trouve, dans la fausse idée de ce qu’est la réussite. La réussite, c’est ce que tu mets derrière. Si pour toi la réussite, c’est de vivre simplement, avec peu de matériel mais suffisamment pour subvenir à tes besoins, si pour toi la réussite c’est l’amour de la famille que tu as construit, et bien parfait ! Personne n’a rien à prouver. Ca ne veut pas dire que c’est simple bien sûr.

Nous avons eu beaucoup d’idées avec Lucie pour créer le projet qui aller avoir du sens et nous ressembler, et nous avons fait le choix de capitaliser sur ce que nous connaissions déjà, sur nos compétences acquises – ça ne nous a pas empêché d’en apprendre 1000 autres, l’entreprenariat, c’est tellement de métiers à la fois, c’est ce qui est difficile et grisant à la fois. 

Notre postulat : aujourd’hui, la food a réussi à prendre un virage qui embarque, on peut consommer mieux sans que cela soit sous l’angle de la privation ou de la contrainte, c’est même devenu cool de boire des jus de légumes. Pour cela, il y a eu un effort de projection que nous trouvions encore peu présent dans le textile, la mode responsable a longtemps souffert d’une image peu appétante. Et c’est super parce que ça change !

Quels sont les challenges quand on veut monter une marque et qui de surcroit est créée dans le respect de l’environnement.

Le marché du textile est hyper compétitif, il est difficile d’émerger, surtout quand ton modèle ne prône pas la consommation à tout prix avec des outils marketing ultra agressifs et de la promo à tout-va. Nous avons eu des cas de conscience au début, car on créait de nouveaux objets alors que dans la vie, nous sommes plutôt adeptes de la déconsommation. Mais notre point, c’est vraiment d’inciter à mixer des pièces éco-conçues avec les pièces que l’on possède déjà et avec du 2nde main, et d’apprendre à les aimer longtemps. Pour nous, c’est la recette pour consommer la mode de manière responsable. Aussi, nous avons fait le choix d’utiliser uniquement des matières naturelles bio certifiées GOTS (certification Ecocert qui garanti l’entièreté de chaine de fabrication du tissu d’un point de vue social et environnemental, c’est la certification la plus complète aujourd’hui pour le textile), nous travaillons donc avec des fabricants de tissu engagés, et nous sommes ravies que notre petite société participe à l’émergence des leurs. 

En matière de challenges, la recherche de partenaires et de financements a été un long et difficile parcours. Et aussi, je parlerais du prix : nous avons tous perdu la notion du prix juste avec l’essor de la fast fashion depuis les années 90. Je pense que cela mettra autant de temps à revenir, et on s’efforce de réduire les marges inutiles notamment en réduisant les intermédiaires. Mais voilà, chaque personne qui intervient dans la chaine de fabrication d’un vêtement Muse & Marlowe est rémunéré convenablement, et nous ne basons nous-même pas notre modèle sur le profit : nous dégageons une marge pour pérenniser notre entreprise et pouvoir en vivre un minimum, et nous espérons vraiment grandir pour pouvoir réaliser des économies d’échelle et proposer des prix plus accessibles, notre volonté n’est pas du tout de devenir milliardaires ahah

Quelles sont les inspirations de la première collection et à qui ces vêtements s’adressent-ils ? Peux-tu aussi nous dire comment ils taillent si l’on achète seulement online.

J’avance au feeling, et spontanément, nous avions envie de créer le vestiaire de la femme plurielle que nous sommes toutes (je crois ?), fortes et sensibles à la fois. On retrouve donc des pièces basiques, presque boyish, et des pièces plus vaporeuses. Le tout avec une touche un peu bohème, 70s, parce que c’est l’époque (avec aujourd’hui) qui représente le plus la dualité force-sensibilité (qui est aussi pour moi une forme de force d’ailleurs), une période ou la Femme dans sa forme la plus féminine s’est battue pour ses droits et sa liberté.

Nous avons constaté que, comme nous, beaucoup de femmes de notre entourage avaient des cas de conscience de continuer à acheter dans les enseignes de fast fashion, mais ne trouvaient pas toujours de modèles à leur convenir en dehors. Heureusement, il y a de plus en plus de jolies marques éco-friendly qui naissent ou de marques existantes qui prennent un beau virage ! Muse & Marlowe s’adresse à ces femmes, avec la volonté profonde de réconcilier les notions de plaisir et de responsabilité. 

Nous produisons en petites quantités, cela a d’ailleurs été un vrai problème quand nous avons cherché notre atelier de confection partenaire. Nous n’avons donc pour le moment pas beaucoup de marge de manœuvre quant aux tailles proposées, mais avons essayé de faire notre possible pour avoir un maximum de tailles différentes à ce stade : les modèles vont du 34 au 42. Ils taillent tous normalement, et nous avons essayé d’accompagner au maximum dans le choix de la taille en indiquant les mesures sur les fiches produits. Mais ce n’est pas une science exacte, tout est fait main et les matières vivent, donc cela n’est pas au millimètre près. Nous avons fait le choix d’offrir les retours en France, même si notre volonté de distribuer en grande partie online est d’éviter un prix trop élevé, nous voulons simplifier les choses pour les clientes, et dans le même esprit, nous sommes en train d’organiser des ventes éphémères dans différentes villes. C’est chronophage, mais nous sommes super heureuses de rencontrer les femmes, parler de nos engagements et permettre à chacune de toucher, d’essayer les vêtements.

Je sais que tu es en ce moment entrain de penser la collection de la rentrée. Comment fabriques-tu ta collection. Inspi de départ, choix des matières, nombre de pièces, couleurs etc…

Je m’inspire beaucoup du quotidien je pense, de mon quotidien aussi évidemment. Nous avons été en Australie l’hiver dernier, pays de mon mari et de ma fille d’ailleurs, et je trouve ce pays tellement inspirant. J’aime bien l’idée de m’affranchir des saisons et d’apporter un peu de soleil dans une collection de rentrée, en mode été indien 😊

La prochaine collection sera donc empreinte de touches australiennes, évidentes ou pas d’ailleurs. Ca ne veut pas dire que je vais faire des vêtements estivaux bien sûr, mais juste une touche de soleil à emporter avec nous dans notre hiver de l’autre côté du globe. Et on livre partout dans le monde, donc tout le monde s’y retrouve comme ça !

On aime bien développer un imprimé par collection aux côtés d’illustratrices – locales pour le moment. Pour cette édition, il s’agit d’un imprimé représentant la flore australienne, qui a été réalisé par Céline Bineteau. Et pour notre gamme de couleur, on adore les tons ocres, chauds, earthy.

Notre rythme de lancement est slow évidemment : 2 collections par an d’une dizaine de modèles, entre lesquelles se glissent 2 capsules de 2/3 pièces. Et nos collections vivent les unes avec les autres, pour inspirer le fait que la fin d’une saison ne veut pas dire la fin d’un vêtement, un vêtement, ça peut se réinventer à l’infini !

Quels sont vos tips pour limiter notre impact sur la pollution… des trucs que l’on peut faire quotidiennement ?

Il y a beaucoup de petits gestes simples : avoir toujours un ou deux tote bags roulés dans son sac et refuser les sacs en caisse, réutiliser les mêmes sacs kraft à chaque course pour les légumes ou le vrac, faire le point sur nos besoins réels et acheter des objets seconde main, ou les fabriquer. Dans notre quartier, on a mis en place un système de troc. 

Récupérer l’eau de la douche pour arroser les fleurs ou tirer la chasse d’eau (je pense en particulier à toute l’eau gâchée quand tu laisses couler en attendant qu’elle soit suffisamment chaude!), lavage au savon, shampooing solide, brosses à dents à tête interchangeable, oriculi Vs coton-tiges, réduction et tri des déchets, compost… 

Déplacements à vélo dès qu’on peut (pas assez, j’ai peur des voitures), consommer local, de saison. On essaye aussi d’organiser parfois des vacances près de chez nous : il y a tellement de choses à voir sans avoir besoin de s’échapper à l’autre bout du monde. Mais quand tu es mariée à un australien, tu n’as pas d’autre choix que d’y aller de temps en temps. Impossible d’atteindre le sans faute, mais tellement de gestes simples à adopter tout doucement.

On aimerait dégager du temps pour s’engager un peu dans le milieu associatif aussi, mais nous faisons un premier pas en reversant un pourcentage de notre résultat à un organisme.

Comment se procurer du Muse and Marlowe, où vous trouver et quels sont les next steps pour la marque ?

Pour le moment : sur notre site museandmarlowe.com, sur Etsy et de manière plus éphémère dans certaines boutiques ou lieux que nous listons sur notre site et communiquons sur les réseaux. Et nous sommes ouvertes pour essayer de venir partout où des personnes souhaitent mieux nous découvrir.

En octobre, nous allons lancer notre collection de rentrée suivie de la capsule de décembre, et on met en place quelques collaborations, on aimerait bien faire de la co-création pour certains produits avec des marques et des personnes que l’on aime bien. Aussi, on pense à intégrer d’autres matières, du lin par exemple, on adore aussi le Pinatex par exemple. Nous sommes également en train d’étudier des solutions de revalorisation de nos chutes et fins de rouleaux… On a pas mal d’idées en tête, on manque un peu de temps, donc step by step, et on espère que l’avenir nous donnera l’opportunité d’en faire un maximum.

Comment peut-on vous aider et vous supporter ?

Vraiment, pas de secret je pense, mais parler de nous autour de vous ! Alors merci Manon de nous avoir permis de prendre ici la parole 😊

Et bien sûr, penser à Muse & Marlowe quand vous avez besoin de vous acheter un vêtement ou d’en offrir un, nous proposons aussi des accessoires (en ce moment un foulard et un tote bag presque sold out) et même des cartes cadeaux.

Insta: @museandmarlowe

SIte: museandmarlowe

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s